Le groupe Eco de l’UNSA s’est réuni le 18 janvier 2017

 
 

 
Vanessa JEREB, secrétaire nationale en charge de l’emploi et de l’économie, a rassemblé les membres du groupe Eco de l’UNSA pour :
 
 

  • analyser la conjoncture économique du 3ème trimestre 2016
  • échanger sur plusieurs sujets de l’actualité sociale et économique
  • présenter le nouveau magazine Eco info
  • élaborer le planning de travail 2017.

Conjoncture du 3ème trimestre 2016

Le taux de croissance s’élève à +0,2%. En fin d’année, il devrait se situer à +1,2%.
La consommation des ménages et l’investissement des entreprises ont stagné.
Sur ce dernier point, il faut noter des contrastes : -3% dans les industries mais +3% dans la construction et les services.

En apparence, les moteurs de la croissance semblent en panne depuis le printemps.
Malgré cela, on a observé 51 000 créations d’emplois salariés, une forte diminution des défaillances d’entreprises, une augmentation des créations d’entreprises et une faible baisse de la création de micro-entreprises.

Sujets d’actualité

Emploi :
Si l’on a presque retrouvé le nombre d’emplois salariés d’avant la crise de 2008 (16 millions en 2016, 16,2 millions en 2008), la part d’emplois partiels a fortement augmenté (18,6% en 2016, 16,8% en 2008).
De même, le chômage de longue durée (+ 3ans) a fortement augmenté et de façon continue entre 2008 et 2016 : 271 000 en 2007, 502 000 en 2012, 837 000 en 2016.

Salaire :
Avant la crise de 2008, le salaire moyen augmentait de 2,5% par an. Cette hausse se limite maintenant à 1,2% notamment à cause de la chute de 15 à 25% des salaires d’embauche pour les emplois qualifiés ou de cadres. Cela génère une augmentation des inégalités en matière salariale qu’il faudra prendre en compte dans nos revendications syndicales.

Rapport du Conseil d’Orientation sur l’Emploi : Automatisation, numérisation et emploi
Ce rapport s’est basé sur l’étude annuelle de la DARES concernant les conditions de travail qui a permis d’avoir un regard sur le passé mais pas de construire une prospective.
La conclusion tendant à affirmer que les secteurs de l’aide à la personne et de l’entretien seraient les plus impactés par la numérisation et l’automatisation en matière de destruction d’emploi a de quoi interroger. D’autres pans de l’économie semblent plus exposés : automobile (voiture autonome), conseil en clientèle (secteur bancaire), médecine (aide au diagnostic) ...

L'Unsa à votre service